Armoiries de l'Acadie

De Encyclopédie acadienne
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Armoiries de l'Acadie
Image illustrative de l'article Armoiries de l'Acadie
Détails
Adoption 1885
Écu D'azur à une goélette d'argent habillée d'or soutenue de deux burelés ondées du même, arborant au grand mât une bannière d'argent flottante à senestre et inscrite ACADIE en lettres de sable, le tout surmonté de l'étoile de l'Acadie rayonnante d'or.
Devise L’union fait la force
Usage Présidence de la République et gouvernement

Les armoiries de la République acadienne ont été adoptés lors d’un vote à l’Assemblée nationale en 1885. Elles ont été fortement inspirées de l’insigne acadienne. Les armoiries sont utilisées pour prouver l'authenticité de certains documents au sein du gouvernement fédéral de l'Acadie. Cet emblème officiel est utilisé par la présidence de la République, le ministère des Affaires étrangères et figure sur la couverture des passeports.

Description

Les armes sont décrites comme étant D'azur à une goélette d'argent habillée d'or soutenue de deux burelés ondées du même, arborant au grand mât une bannière d'argent flottante à senestre et inscrite ACADIE en lettres de sable, le tout surmonté de l'étoile de l'Acadie rayonnante d'or; et pour devise L'UNION FAIT LA FORCE.

Histoire

Nouvelle-France

Blason proposé pour la province du Canada en 1663.

En 1627, la Compagnie de la Nouvelle-France est dotée d'un sceau représentant une femme debout sur les flots, tenant dans sa main gauche un lys de jardin et dans sa main droite une croix chrétienne, le tout sur un champ semé de fleurs de lys. Le sceau porte l'inscription « Me donavit Ludovicus decimus tertius 1627 » (« Louis Treize m'a donnée 1627 »). Le contre-sceau est composé d'un navire voguant sur les flots et de l'inscription « In mari viae tuae » (« Sur la mer de ta voie »).

En 1663, la Compagnie est dissoute et le Canada est intégré au domaine royal. Des armoiries sont proposées pour la nouvelle province : « un semé de fleurs de lis sur fond d'azur avec un soleil en chef, une couronne à fleurons pour timbre et deux Amérindiens comme tenants » mais il semble qu'elles n'aient pas fait l'objet d'un octroi officiel.

En 1664, la Compagnie française des Indes occidentales est créée pour le commerce entre l'Afrique, les Indes occidentales et l'Amérique du Nord. Elle est dotée d'armes composées d'« un écusson au champ d'azur, semé de fleurs de lys d'or sans nombre, deux sauvages pour supports et une couronne de trèfles ». Cette Compagnie est supprimée en 1674.

En 1717, une nouvelle compagnie, la Compagnie d'Occident est créée est dotée d'armoiries vertes composées de « deux autochtones soutenant une corne d’abondance, sur une commode versant l’eau en mer dans la base). Deux fleurs de lys accompagnent une couronne ».

Amérique britannique

Les armoiries royales de la Grande-Bretagne en Acadie de 1713 à 1763.

En 1497, lorsque Jean Cabot débarque à Terre-Neuve, les armoiries du Royaume d'Angleterre sont utilisées avec la croix de Saint-Georges pour symboliser la présence anglaise sur le Nouveau Monde.

Les armoiries royales britanniques ont symbolisé l'autorité royale en Acadie suite à la conquête de certaines régions acadiennes en 1713.

République acadienne

Les armoiries et la devise sur une pièce d'une piastre acadienne.

Lors d’une séance à l’Assemblée nationale en 1885, les députés adoptèrent un ensemble de symboles qui furent utilisés sur les armoiries officielles de la nation acadienne. Ils ont repris l’insigne acadienne sous une forme héraldique pour constituer les armoiries. La goélette avait déjà été proposée, en 1882, comme emblème principal du peuple acadien par le Mgr Marcel-François Richard. Il estimait que les traversées de la mer avaient été au cœur de l’histoire de l’Acadie. Les lignes ondulées sont la représentation héraldique de l’eau, évoquant ainsi la migration originelle de France vers l’Acadie, ainsi que la Déportation entreprise en 1755, et le retour subséquent dans les régions acadiennes après 1763. L’étoile rayonnante est un emblème marial, la Stella Maris, étoile de la Vierge Marie et symbole d’espoir pour les marins depuis le 7e siècle. Elle était reconnue comme un symbole acadien depuis au moins 1870 et elle symbolise l’espoir et le renouveau acadien. La couleur jaune, ou or, est empruntée au drapeau papal, blanc et jaune, et symbolise l’attachement traditionnel de l’Acadie à l’Église catholique romaine.

Les armoiries portent l'inscription de la devise « L’union fait la force ».